Anita De Caro – Roger Vieillard

DU 7 SEPTEMBRE 2012 AU 4 OCTOBRE 2012

numeriser0002_0

Catalogue de l’exposition

catalogue_de_caro_vieillard Catalogue en ligne de l’exposition
Prix de vente du catalogue : 13€

Présentation de l’exposition

Anita de Caro, peintre, Roger Vieillard, graveur buriniste, leurs chemins se sont croisés à Paris en 1936 au sein du vaste mouvement de la nouvelle école de Paris qui s’impose après la guerre. Le couple fut lié à de nombreux artistes et écrivains, tels Villon, Chagall, Manessier, Bazaine, Jean Tardieu, Jacqueline de Romilly, ou Marc Fumaroli.

Roger Vieillard a composé pendant un demi-siècle une œuvre singulière dont l’élégance, l’inventivité et la rigueur ont fait de lui le plus doué des burinistes du XXème siècle. Anita de Caro a occupé une place intime et particulière dans le mouvement parisien de La Peinture Française d’après-guerre.

Cette exposition, qui réunit les deux artistes, reprend le parcours chronologique et thématique de leur langage spécifique. Une même quête de la lumière menée avec des moyens apparemment opposés unit les deux œuvres.

Anne GUÉRIN a réalisé, avec la collaboration de Virginie Rault, le catalogue raisonné de l’œuvre gravé de Roger Vieillard.

Anita de Caro et son mari, Roger Vieillard
Rien de plus admirable que l’évolution de ce duo : on ne sait quel miracle permanent d’invention, de goût, de pensée, de style et de technique ne cesse de partager ses bienfaits entre l’un et l’autre, conduisant le peintre Anita de Caro à refuser ses propres dons de coloriste pour atteindre à une ambition plus rare et plus haute. Je veux parler des toiles récentes où s’affirme un dépouillement grave et tendre et où de grandes apparitions mythiques semblent rêver pour nous au seuil de l’espace, dans les tons clairs d’une sorte de camaïeu qui me fait songer, par rapport à la palette chromatique des précédentes toiles, à ce que peut être la spiritualité d’une succession « nodale » de sons musicaux par rapport aux trouvailles terrestres d’une superposition polytonale.

Mais surtout, ce qui frappe, dans la parenté et la différence de ces deux artistes exceptionnels, c’est la hantise d’une poétique visible de l’Homme, conçue comme une espérance toujours perdue et toujours retrouvée.
Il semble qu’Anita de Caro, emportée par cette même course vertigineuse de l’esprit qui, désespérément, « tend vers l’infini », se soit emparée de l’être humain en train de s’abolir ou de naître et l’ait marié à son double féminin, afin de projeter le couple dans un univers sans bornes, en lui donnant le souffle de la vie sous les espèces d’un chant grave, recueilli, silencieux, prolongé, pareil à un écho qui se serait libéré des obstacles nécessaires de son origine.
À cette altitude, noyée dans une étendue de lumière transparente et atténuée, le regard se plaît à rencontrer une modulation fine, friable, poreuse aux lointains rayons, opposée à des gris eux-mêmes modulés, et cela sans aucune « suavité ».
Au contraire, l’impression qui se dégage des récentes toiles d’Anita de Caro est celle d’une maîtrise qui vient de se conquérir et qui s’enivre de sobriété (non sans subtilités techniques), cependant qu’une Promesse inouïe, à la fois déchirante et rassurante, à la fois mémoire et avenir, se profile dans cette aurore, donnant à nos yeux la joie et à notre esprit la méditation.

Jean TARDIEU, texte écrit vers 1962, Archives Anita de Caro

Anita De Caro et Roger Vieillard (cliquez sur les portraits pour en savoir +)

ANITA DE CARO-PEINTRE SCULPTEUR
numeriser0002_copie_copie_copie

Née à New-York, Anita de Caro (1909 – 1998) étudia la peinture dans sa ville natale avec Hans Hoffman, ensuite à Zurich avec Haas Heyes dans une Académie moderniste patronnée par Paul Klee.

ROGER VIEILLARD -G RAVEUR
numeriser0001_0

Graveur d’exception, nourri de culture classique, attentif aux grands mouvements de son temps (Surréalisme, Abstraction), Roger Vieillard (1907 – 1989) engagea l’art du burin dans la modernité.

Quelques oeuvres (cliquez sur les vignettes pour les agrandir)

Anita De Caro – Roger Vieillard