Jean Revol – Peintre

revol

Contact :

Liste des expositions à l’AMAC :
Jean Revol

Présentation

Jean Revol par Michaël Lonsdale.

 » C’est à New York, vers la fin des années soixante, que je rencontrai vraiment Jean Revol, sa personne et son œuvre.

«J’avais souvent entendu parler de lui par mes oncle et tante Marcel et Janine Arland. Dans leur grande maison de campagne près de Ponthierry, j’avais vu des toiles de lui accrochées au milieu des Chagall, des Utrillo, des Rouault, des Soutine. Cela faisait belle et grande impression, le jeune peintre ainsi honoré à part égale. Les Arland avaient raison.

«Mais c’est tout en bas de Manhattan, près du quartier chinois, dans un invraisemblable atelier, que je fis réellement sa connaissance. C’était un foutoir génial, il fallait se battre pour arriver à voir quelque chose. Déplacer, accrocher, se pencher, hisser, il était nécessaire de tout essayer pour avoir une vision un peu claire d’une toile ou d’un dessin. Dans une mauvaise lumière, y arrivait-on que l’on devinait plus qu’on ne voyait des choses somptueuses. Une grande toile de New York, entre autres, que je n’aurai jamais vue dans son entier -le mur n’étant pas assez large -, des cimetières, des avenues, des autoroutes de feu.

Je garde justement à la maison une rive de New York la nuit avec une jetée de pont et des réverbères orange. C’est une œuvre qui est présente tous les matins de ma vie, grande tache bleue sur le mur blanc, elle est le départ d’une émotion qui ne s’atténue pas, elle traverse la journée et je m’y engloutis inlassablement. Espace et espèce de somptuosité, cadeau légué par l’inspiration. Maintenant, Jean Revol est en France.

Dans un atelier encore trop petit, où le travail se poursuit, où s’accumulent les dessins – qui fait des dessins aussi grands? – les toiles à n’en plus finir de beauté. Son travail est motivé par une espèce de passion qui reste éblouissante à force d’acharnement. A force, à force de gratter comme on dit, de revenir, de revoir, s’élaborent ces blés en bord de route, avec les arbres au fond.

Il y a comme une majesté de la matière, une vision par les couleurs qui nous aident à comprendre combien le travail est fascinant, important et grave».

Quelques oeuvres (cliquez sur les vignettes pour les agrandir)

Jean Revol – Peintre