Hélène Csech – Graveur

Présentation

 » Convoquées à l’aube de la conscience, les formes errent encore en elles-mêmes, ramassant en leur épaisseur et dans leur silence tout ce qu’il se peut de ténèbre intérieure. Ici, se trament des complots. lci, en deçà des mots, se chuchotent des maléfices. Et les constructions du temps se redéploient au dedans, aspirées en un irrésistible mouvement de retour, vers la nuit de leurs origines. C’est la face sombre du monde, la face tournée vers elle-même, qui se donne à voir en ce moment et peut-être faudrait-il des yeux clos pour la contempler et des oreilles sourdes pour entendre ce qui monte de si loin. Et une extrême solitude afin d’être peuplé.

Hélène Csech, quant à elle, fidèle au chemin que nous lui connaissions, pousse ses encres aux confins d’une vision intérieure où l’ombre s’impose comme une puissance métaphysique. Elle ne cultive pas l’horreur, elle s’est résolument détournée des anecdotes de la violence : elle ne connaît et ne nous proopose que des êtres sans visage et sans nom, témoins de ces limbes où grandirent nos âmes avant de devenir nôtres « .

Claude-Louis Combet

Quelques oeuvres (cliquez sur les vignettes pour les agrandir)

Hélène Csech – Graveur